L’Alentejo – Etape 1. Histoire(s) de Lisbonne à Elvas

La journée commence tôt pour attraper l’avion. Lisbonne, ça se mérite…

3:45 du mat’, j’ai des frissons… la sonnerie de l’iPhone nous tire du lit mais l’heure ultra matinale n’incite pas à compléter la chanson ! Derniers préparatifs copieusement arrosés de café corsé, avant de retrouver notre fille qui nous conduira à l’aéroport. Puis c’est l’embarquement avec ses petites tracasseries habituelles, avant de gravir enfin la passerelle de l’avion de la TAP, vol TP499, décollage à 6:30.

Nous sommes le mardi 19 juillet, nous atterrirons à Lisbonne vers 7:30, compte tenu du décalage horaire d’une heure entre nos deux pays. Vol sans histoire, seulement agrémenté de la gentillesse du personnel de bord. Nous arrivons maintenant à Lisbonne avec ce panorama unique qu’offre le survol des quartiers et celui de l’eau.

Nous récupérons nos bagages, dégustons un énième café avant de nous retrouver au « meeting point » avec le correspondant de l’agence de location de voitures. 30 minutes plus tard, la navette nous conduit au dépôt d’Inter Rent, plus précisément au 19 Avenue du Maréchal Gomes da Costa. C’est environ à un 1/4 d’heure de l’aéroport.

Il sera 10:30 lorsque nous rejoindrons l’autoroute, direction Elvas, notre première étape pour environ 2 H de voyage sans s’arrêter… Prudence, nous nous arrêterons sur une aire de repos : Limonades citronnées et tarte aux prunes, spécialité locale nous redonnent de l’énergie. C’est l’avantage d’arriver de bonne heure : on profite d’une journée pleine sur place même si un peu de lassitude se fait parfois sentir. La joie de la découverte nous donne des ailes !

Elvas, ville inscrite au Patrimoine de l’UNESCO, à quelques kilomètres de la frontière espagnole, est une ville de garnison qui protégeait la capitale. L’heure n’étant pas au cours d’Histoire, je vous propose ces liens pour en savoir plus sur le Jésuite Cosmander, les fortifications de l’école hollandaise, le splendide Aqueduc d’Amoreira et la ville d’Elvas elle-même :

L’hôtel que nous avions réservé, Le résidencial Luso / Espanhola est simple, un peu désuet mais très propre et dispose finalement de tout le confort pour un prix raisonnable (40€ > attention il n’est pas possible de payer par CB). Situé à l’entrée d’Elvas, lorsque nous sommes sortis de l’autoroute, au 15 Rui de Melo, il est tout près du restaurant O Golo, qui nous a accueilli vers 13 H. Au menu Lulas con presunto et Dourada grelhada. Délicieux, super frais et vraiment convivial dans une ambiance typiquement portugaise où il n’est pas rare d’entrer en conversation avec la table voisine !

Que faire au mois d’août à Elvas ?
Visiter bien sûr les infrastructures militaires admirablement préservées depuis le 10ème siècle, l’église de style manuélin, prendre un verre Place de la République, retrouver les forts et fortins et longer l’aqueduc jusqu’à la ville nouvelle. Sauf qu’en juillet, la température extérieure est de 38 degrés, que les festivités sont soit passées, soit à venir et que la ville semble désertée… nous ne sommes pas souvent plus de deux lors des visites : aux premières loges !

Avec nos bouteilles d’eau à la main, l’après-midi passe vite et nous conduit à l’heure d’un rafraîchissement mérité Place de la République où un grand écran de télévision met l’ambiance devant un faible public. Encore quelques pas pour éviter l’incontournable match de foot et nous dégustons une boisson fraîche, rua da Cadeia, peu avant de délicates arcades, en face de petits jets d’eau apaisants…

Le soir, le centre-ville historique est toujours désert et l’écran reste branché sur le football. Pas de restaurant ouvert pour nous accueillir, alors direction « les boulevards circulaires » et plus précisément l’Avenida Antonio Sardinha, à la pointe du Jardin Municipal et le « Flor do Jardim » un restaurant ouvert dans cet écrin. Les tables en terrasse sont accueillantes et présagent d’une soirée romantique, d’autant que la chaleur s’est changée en douceur…

Malheureusement, les mets proposés par le « Flor do Jardim » ne sont pas à la hauteur du cadre qui l’entoure. Le surgelé a supplanté le frais à chaque étape, le service est distant et manque singulièrement de spontanéité…

La journée a été très longue et c’est sur cette fausse note que nous retournons à l’hôtel pour clore la première journée de notre circuit, de belles images plein les yeux qui ont sûrement nourris nos rêves, mais ça, c’est une autre histoire !

Plus de photos sur la page facebook de Residir Em Portugal :
https://www.facebook.com/residiremportugal/photos/?tab=album&album_id=353767158291924

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.