InVictus

Seules les finales gagnées sont belles !
Ce soir à 21H, les supporters de nos deux pays n’auront d’yeux que pour leur propres dieux.. du Stade de France !

euro2016_FvsP

https://www.youtube.com/watch?v=SGTqglowoZQ

Ce soir tous les Portugais pousseront Ronaldo pour la gloire de l’équipe nationale et nous soutiendrons Antoine Griezmann pour son 7ème, 8ème ou pourquoi pas 9ème but de la compétition… Allez les BLEUS !!!

Une Fiscalité maintenue

Un cadre fiscal en grande partie maintenu par la gauche portugaise.

Au pouvoir depuis novembre, le gouvernement d’Antonio Costa, fruit d’une alliance entre socialistes et communistes, n’a pas touché au statut de résident non habituel (RNH), dont l’accès a été simplifié depuis le 1er janvier 2013 par son prédécesseur de centre droit, et qui permet aux étrangers qui s’installent au Portugal d’être exonérés d’impôt sur le revenu pendant dix ans.
Un signe que ce dispositif, qui vise à faire entrer des capitaux dans le pays, est considéré comme un succès par l’ensemble des responsables politiques.
En revanche, le nouveau gouvernement a durci le dispositif du « golden visa », qui permet à des étrangers, majoritairement chinois, de s’installer au Portugal, à condition d’y créer une entreprise, de réaliser 500 000 euros d’acquisition immobilière ou d’apporter au moins 1 million d’euros de capitaux.

25.000 français vivent et aiment le Portugal

« Environ 25 000 Français vivent actuellement au Portugal, 5 000 de plus qu’il y a un an. Non seulement le flux des arrivées ne se tarit pas, mais il a tendance à augmenter », affirme Carlos Vinhas Pereira, président de la Chambre de commerce et d’industrie franco-portugaise. Le Portugal n’a donc pas fini de faire rêver les Français, en particulier les retraités, qui représenteraient entre 80 % et 90 % des expatriés. « Les récents attentats à Paris et à Bruxelles renforcent l’attractivité d’un pays où la criminalité est faible et où l’on se sent en sécurité ». Ce pays de 11 millions d’habitants a définitivement supplanté le Maroc, qui avait le vent en poupe avant la montée de l’islamisme radical en Afrique et la peur du terrorisme.

Ensoleillement et proximité
Il est vrai que le pays ne manque pas de charme, avec un ensoleillement idéal à deux heures d’avion de Paris, une grande proximité culturelle et un coût de la vie inférieur de 35 % par rapport à la France, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques.
Mais ces atouts ne seraient rien sans une fiscalité exceptionnellement douce grâce au statut de résident non habituel (RNH), dont l’accès a été simplifié depuis le 1er janvier 2013. A condition de séjourner au moins six mois par an au Portugal, les étrangers qui s’y installent sont exonérés d’impôt sur le revenu pendant dix ans. Principales conditions : ne pas avoir été résident fiscal portugais au cours des cinq dernières années, être locataire ou propriétaire d’un logement sur place au moment de la demande et, enfin, ne pas être retraité de la fonction publique.

Egalement accessible aux actifs, le statut de RNH leur permet d’être exonérés d’impôt sur les revenus de source étrangère (incluant dividendes, intérêts et plus-values) et de bénéficier d’une imposition forfaitaire de 20 % sur leurs revenus au Portugal. Attention, le fisc français peut se montrer tatillon. « Pour qu’il ne puisse pas contester la réalité de l’expatriation, la meilleure stratégie consiste à céder tous ses actifs immobiliers en France ».
Outre la fiscalité, l’argument décisif qui pousse les retraités à faire leurs valises est le gain de pouvoir d’achat, en raison notamment d’un immobilier bon marché. Après avoir chuté de 30 % au moment de la crise de la dette portugaise, entre 2011 et 2013, les prix remontent, mais restent abordables pour les ménages français. « Ils ont augmenté de 4 % en moyenne en 2015, et jusqu’à 10 % dans certains quartiers de Lisbonne et de Porto, où s’installe la grande majorité des Français ».

porto2

A Lisbonne, le prix moyen du mètre carré ressort à 1 800-2 000 euros. Dans les quartiers huppés du centre historique (Chiado, Principe Real, Baixa, Avenida da Liberdade…), ils peuvent monter jusqu’à 4 000-5 000 euros, voire 6 000-7 000 euros pour des biens exceptionnels dans le neuf. « Porto est 25 % à 30 % moins chère que Lisbonne, confie Miguel Poisson. C’est l’endroit idéal pour réaliser un investissement locatif. »
En Algarve, il est possible d’acheter une petite maison avec jardin, piscine et vue sur la mer pour 300 000 euros, ou un appartement de 100 mètres carrés proche des plages pour 200 000 euros. Très courue l’été, la région est peu animée le reste de l’année. De quoi faire réfléchir les retraités à l’étroit dans un deux-pièces en région parisienne ou sur la Côte d’Azur…

Mais quitter son pays à un âge avancé n’a rien d’évident. D’autant que la grande majorité de ceux qui partent n’étant pas d’origine portugaise, très peu sont lusophones. « Ils ont tendance à vivre en autarcie et à se méfier du système de santé portugais, qui a pourtant fait de gros progrès ». Pour l’instant, très peu de retours ont été observés.

Source : Le monde du 16 avril 2015.

Entre traditions et modernité…

Portugal : le président met son veto à une loi autorisant la gestation pour autrui.

marcelo-rebelo-de-sousa

Le président portugais de centre-droit, Marcelo Rebelo de Sousa, a mis, mardi 7 juin, son veto à une loi autorisant la gestation pour autrui (GPA) dans certains cas d’infertilité, approuvée mi-mai par le Parlement.
Selon lui, la proposition de loi « n’est pas conforme aux conditions formulées par le Conseil national d’éthique et des sciences de la vie », qui demandait un encadrement plus strict de la gestation pour autrui.

La GPA est la pratique qui consiste pour une femme à porter et à mettre au monde un enfant pour le compte de tiers. Le Parlement portugais avait adopté le 13 mai un texte autorisant la GPA, limitée à certains cas d’infertilité féminine liés par exemple à l’absence ou au dysfonctionnement de l’utérus, sans contrepartie financière pour la mère porteuse.
Le texte était passé à une courte majorité et grâce à des voix de partis de gauche comme de droite. Le plus haut prélat de l’Eglise catholique portugaise, Dom Manuel Clemente, avait condamné cette décision le lendemain.
Selon la Constitution portugaise, le Parlement peut passer outre le veto présidentiel à condition de faire confirmer la loi par la majorité absolue de l’ensemble des députés.

Le président portugais a en revanche promulgué, mardi, une loi élargissant aux couples homosexuels féminins et aux femmes seules le recours à la procréation médicalement assistée (PMA), ainsi que le retour aux 35 heures hebdomadaires pour les salariés du secteur public.

Source : lemonde.fr du 8 juin 2016

Ana Moura

Elle est une des chanteuses de Fado qui allie avec bonheur tradition et modernité dans cet art unique du Portugal.
Par ses orchestrations ou par des chants traduits en anglais, elle exporte « hors les murs » des chansons qui s’ouvrent à un autre public… Faites-vous votre propre opinion et surtout enjoy !

https://www.facebook.com/anamoura/?fref=ts

http://www.anamoura.com.pt/indexnm.aspx

La solidarité serait-elle l’apanage des plus « démunis » ?

migrants

À l’heure où certains États membres de l’Union Européenne durcissent leur politique d’accueil des réfugiés et cherchent à fermer leur frontière, le gouvernement portugais propose un message d’ouverture : il peut et veut accueillir davantage de migrants. Jusqu’à présent, le pays n’a pratiquement pas reçu de demandes de protection internationale.

Lisbonne a peiné à accueillir… 32 réfugiés

En septembre, un plan global a défini la répartition de 160 000 réfugiés sur l’ensemble des territoires des États membres. Depuis, le processus tarde à se mettre en place. Alors que des centaines de migrants arrivent chaque jour en Grèce ou en Italie, le Portugal est parvenu à en accueillir… trente-deux. Au total, notre pays peut pourtant recevoir 10.000 migrants.

Jusqu’à présent, la situation géographique du Portugal a été l’un des principaux obstacles à la venue des réfugiés. Les routes migratoires ne passent pas par ici. La situation financière, économique et sociale du pays, avec ses programmes d’austérité drastiques, n’ont pas aidé non plus à rendre le Portugal attractif. Les pays plus développés et plus riches présentent, aux yeux des migrants, de meilleures opportunités de travail. Ces pays ont également une plus grande tradition d’accueil, contrairement à nous. Historiquement, nous sommes une terre d’émigration.

Accueillir des réfugiés pour sortir de la crise économique

Évidemment, la motivation première du pays est d’aider les demandeurs d’asile, qui fuient la guerre et les violations de leurs droits fondamentaux. Nous devons leur donner l’opportunité de reconstruire leur vie ici. Pour autant, il y a également un vrai besoin pour le Portugal d’accueillir des migrants. À ceux qui craignent que la venue des réfugiés ne menace la reprise économique et financière… C’est tout le contraire. Bien sûr, il y a un investissement initial, à court terme, pour pousser ces migrants à être autonomes. Je pense à leur apprentissage de la langue, leur formation professionnelle, la reconnaissance de leurs compétences…

Mais ensuite, ils seraient un véritable catalyseur pour le développement du pays. Ils représenteraient autant de contributeurs indispensables pour alimenter notre système de protection sociale, dont on connait les déséquilibres démographique, du fait d’une population vieillissante. On estime en effet à 3 600 000 le nombre de retraités au Portugal. Sur le long terme, l’arrivée 10 000 réfugiés sur notre marché du travail leur permettrait ainsi de contribuer à la stabilisation de notre réforme des retraites.

Occuper les zones désertées par les Portugais

Il nous apparaît donc primordial que les réfugiés se tournent désormais vers le Portugal. Nous travaillons activement à l’établissement de plans d’intervention locaux, relayés sur les réseaux sociaux, dans des zones désertées, du Nord au Sud du pays. Il y a là beaucoup d’opportunités dans les métiers de l’agriculture et de la forêt : travail de la terre, mécanisation, commerce agricole… Ce secteur a été délaissé par les Portugais, en particulier les jeunes. Ceux-ci sont partis à l’étranger à la recherche de nouvelles opportunités. L’arrivée de migrants dans ces régions dépeuplées peut ainsi restimuler l’économie locale et encourager le développement de nos régions.

Je pense notamment à Santarém, à Ribatejo, et à la province de Baixo Alentejo, ainsi qu’aux villes de Guimarães, dans la région Nord, et Sintra, dans la région de Lisbonne, qui ont mis en place, avec le CPR, plusieurs dispositifs de formation technique, ainsi que des programmes de sensibilisation dans l’opinion publique et dans les écoles.

D’autres municipalités accueillent déjà des réfugiés : Penela et Torres Vedras, dans la région Centre, et Penafiel dans le Nord. Le CPR fournit aux réfugiés un accompagnement administratif et des interprètes.

La solidarité fait la force du peuple portugais

Une partie de la population portugaise a pris conscience de l’opportunité que représente l’arrivée de réfugiés chez nous, et soutient ces initiatives. Mais beaucoup manifestent aussi contre leur venue. Ils craignent une infiltration terroriste dans le pays et continuent de croire que les réfugiés viendraient leur voler leurs emplois.
Après des siècles d’émigrations, nous avons aujourd’hui la mission d’informer les Portugais, de démanteler les stéréotypes et de mettre en avant la solidarité qui fait la force de notre peuple.

Source : l’OBS Le Plus

Plein Sud depuis Lisbonne

La Costa de Caparica, est à découvrir si vous séjournez dans la capitale lisboète. Pour cela, il suffit de passer le pont ! Celui du 25 avril bien sûr puisque de l’autre côté le Christ Roi nous accueil à bras ouvert ! Direction Setubal via la côte la plus balnéaire prisée des Lisboètes et de très nombreux touristes. Un peu avant ou un peu après les deux mois de juillet et d’Août, à l’activité la plus soutenue, le paysage vous sera (presque) réservé.

costa da caparina

Bienvenue au Portugal

A tout seigneur, tout honneur, dit-on…

Lisbonne 224C’est donc de Lisbonne, depuis la capitale du Portugal, que nous écrivons ce premier « post » du Blog « Residir Em Portugal ».
Nous sommes des Français, amoureux du Portugal et c’est ce sentiment que nous espérons vous faire partager. C’est tout un pays que nous aimons « en bloc » pour sa simplicité et sa dignité, pour la beauté sauvage de ses côtes et de ses reliefs ou la majesté de ses cités qui mêlent histoire et modernité, culture d’ici et d’ailleurs, identité portugaise et européenne, nostalgie et espérance…

Nous ne résidons pas (encore) ici car nos activités professionnelles nous retiennent (encore) à Toulouse. Nous aimons évidemment notre Mère-Patrie mais sans doute, ne la comprenons-nous plus toujours…  Surement la crise de la cinquantaine, celle de ressentir le temps qui passe trop vite et de ne plus pouvoir le perdre en vaines polémiques et en objectifs flous ou mal assumés.

Plus de cœur et moins de raison pour modeler notre petit monde à nous, si l’on ne peut plus changer le grand !

Le Portugal a payé et paye encore très cher les facéties bancaires US de 2008. Il s’est résigné à une politique austère, les yeux rivés vers des lendemains qui chantent… Et le voilà qui redonne de la voix dans le concert européen. Certes, pas en ténor mais le Portugal n’a pas à rougir de ses efforts et s’autorise même à donner un bonus à ses fonctionnaires, sans renoncer à ses ambitions de transformation structurelle : moins de dette et plus d’investissement.

Et si, finalement le désir, l’amour et l’envie de construire, d’être positif étaient l’énergie des expatriés, toujours plus nombreux à décider de tourner une page avec la certitude que ce n’est pas la dernière. D’autres ne parlent que d’Eldorado fiscal pour retraités en mal de soleil.
Vous croyez que c’est suffisant ?
Suivez-nous au fil des articles à venir. Découvrez, aimez, dégustez, partagez vos impressions, vos expériences, vos voyages, vos humeurs, vos recettes, vos photos… Montrez-nous que nous ne sommes pas seuls à aimer ce merveilleux pays européen qu’est le Portugal.